Biographie
Un des morceaux du premier disque de Yannic Seddiki s’appelle Flash Memory.
Pourquoi ne pas commencer sa bio par un flash-back, le jour où Yannic tombe, littéralement, sur Colors d’Avishai Cohen ? « J’étais musicien classique et ça m’a touché. Je me suis demandé : c’est quoi ce monde ? »

 

YST_trio8761Qu’auraient effectivement pensé ses profs de ce coup de coeur ? Qu’en aurait dit Philippe Keler, lui qui a appris à Yannic « l’art de l’interprétation ». Et comment auraient réagi Frédéric Vaysse-Knitter et Olivier Penven, relais respectifs de « la propreté du geste » et de « la chasse aux fioritures » ? Quant aux maîtres des maîtres, Beethoven, Chopin, Ravel dont Yannic a usé les partitions jusqu’à obtenir la médaille d’or de piano en 2008, difficile de leur poser la question, ils sont tous morts. Les éléments de réponse au choc culturel et esthétique de Yannic Seddiki se trouvent sûrement quelque part le long de ses racines Méditerranéennes.

 

Pour comprendre comment Yannic résout l’équation « classicisme + modernisme », l’entendre ne suffit pas. Il faut le voir affronter ce match amical entre jazz, hip-hop et pop. Il faut se prendre agréablement les pieds dans ses cassures de rythme et se laisser embarquer vers des îles et des terres « Plus j’avance, plus je réalise que le jazz est une expérience qui se vit en live plus qu’elle ne s’étudie ».

 

En 2014, Yannic fréquente l’école buissonnière du Jazz. Eclairé par les musiciens Jean Marc Caron et Patrick Mullié lors de boeufs tardis, le musicien ravive sa flamme pour Bill Evans, Monk et Herbie Hancock. « J’ai enfin compris les grands noms auxquels je n’avais pas prêté attention avant. » Après l’accident Cohen, le carambolage esthétique continue de plus belle. Citons Tigran Hamasyan et son élégant trait-d’union entre musique traditionnelle, Jazz et classique. Comment faire l’impasse sur Dhafer Youssef, chanteur dont la spiritualité et les atmosphères inspirent souvent à Yannic les siennes ? Enfin, et au début de tout, Yaron Herman. Yannic suit d’abord l’une de ses master-class avant d’assurer sa première partie en mars 2016. La première boucle est bouclée. « Le jazz appartient à tout le monde donc à personne », ajoute le pianiste lillois en soif de métissage.

 

En 2016, Yannic Seddiki sort, en formule trio, Opus 1. Comme dans la mémoire du musicien lillois, peu importe les circonstances et les partitions, l’essentiel est la sensation, l’intuition qui rejaillit sur les limbes de nos souvenirs. Méfiez-vous des publicités mensongères, Opus 1 n’est pas « juste » un premier disque.

 

YST3Dimitri Delporte

 

Batteur depuis son plus jeune âge, en 2010, il a l’opportunité de suivre le cursus jazz de la music academy de Nancy et ainsi de bénéficier de l’enseignement de musiciens expérimentés tels que Pierre-AlainGoualch, Jean-Marc Robin,Christian Mariotto, Franck Agulhon,…
Il aura l’occasion de participer à un stage d’une semaine à la Berklee College of Music. Il poursuit ensuite sa formation avec Thomas Grimmonprez au conservatoire de Douai et obtient son DEM en 2014. Musicien pour plusieurs formations Jazz et Pop (Seddiki jazz band, Amélie Delacroix, Libertrio,…) il intervient également en tant que professeur de batterie, percussions et solfège dans plusieurs écoles de musiques de l’arrageois.

 

YST1

 

Yoann Bellefont

Expérimentateur averti, Yoann Bellefont pratique l’improvisation sous plusieurs formes. Il fait rugir sa basse électrique dans Cardine Franche, explore les possibilités sonores de la contrebasse, en y ajoutant parfois des interactions multimédias, dans ses projets solo, ou encore en associant ces deux instruments dans Bigoût-10.

En parallèle, il aime poser des lignes de basse incisives dans The white loose woman et initier des groove veloutés dans Delbi. Forever Mayo, projet en création, mêle écriture rock et improvisation. L’écoute de l’environnement sonore suscite chez lui une grande attention, il en devient une source d’inspiration. Cela se transpose dans un travail d’écoute de son chant intérieur afin de construire un dialogue musical personnel, ainsi qu’une volonté d’interactions entre musiciens. Ce travail transparaît dans ses différents projets et notamment dans le trio Yojuma (fruit d’une rencontre au conservatoire) et dans Yannic Seddiki Trio.

Yannic Seddiki - 2016